Come scrivere un romanzo in 100 giorni

Consigli di lettura

Interviste scrittori

Conoscere l'editing

“Le dieu du carnage” de Yasmina Reza. De la littérature au cinéma.

“Le dieu du carnage” de Yasmina Reza. De la littérature au cinéma.Yasmina Reza est une écrivaine française d'origine iranienne, née à Paris en 1959. Lorsqu'elle écrit Le dieu du carnage, une pièce théâtrale bâtie d'après un événement réel, elle est déjà une dramaturge assez célèbre dans son milieu. La pièce fait ses premiers débuts à Zurich en Décembre 2006. Un mois après – en Janvier 2007 –, le texte va être publiée aux éditions Albin Michel. Il est ensuite mis en scène un année plus tard au Théâtre Antoine à Paris et, une fois traduit en anglais, fait le tour du monde jusqu'à ce qu’il débarque à Broadway. Roman Polanski, marqué par la « satire des valeurs bourgeoises conventionnelles, du politiquement correct et de l'hypocrisie des politesses mondaines avec ses sourires factices » contenue dans cette comédie – comme il le déclare dans une interview à Le Figaro –, en réalise un film, présenté au Festival de Venise le 1er septembre 2011. À l'aide de Yasmina Reza, qui réécrit les dialogues et modifie le final, le cinéaste franco-polonais adapte le film au contexte américaine : l'action est déplacée de Paris à New York – en arrière-plan, les tours jumelles –. Tout se passe dans un appartement, comme dans la pièce Rope du comédien anglais Patrick Hamilton qui a inspiré le célèbre film de Hitchcock (La Corde). Dans le livre et au théâtre, la scénographie est rigoureusement minimaliste : « Le salon. Pas de réalisme. Pas d’éléments inutiles. » Les seuls objets dont l'autrice remarque la présence sont des livres d'arts et des tulipes, qui interfèrent ensuite avec l'intrigue. Par contre, la représentation cinématographique exige un scénario beaucoup plus riche. On constate dès le début qu'il s'agit d'un salon typique d'une famille moyenne bourgeoise, ce qui nous conduit à un certain stéréotype social. En effet, il semble que Polanski ait l'intention de ridiculiser une classe sociale bien définie, tandis que la satyre de Yasmina Reza reste moins circonscrite. L'histoire tourne autour de quatre personnages âgés de quarante à cinquante ans : Véronique Houillié, Michel Houillié, Annette Reille, Alain Reille (respectivement : Penelope et Michael Longstreet, Nancy et Alan Cowen). Les conjoints se trouvent pour discuter d'une bagarre qui s'est produite entre les fils Bruno Houillé et Ferdinand Reille (Zachary et Ethan). Toutefois, derrière le cadre de la bagarre se cachent des frustrations bien plus profondes et intimes et paradoxalement la manœuvre conçue par les Houillé – inviter les Reille pour un rencontre résolutif afin de trouver une solution pacifique et rétablir l’équilibre – fait éclater un spectacle grotesque d'instabilités familiales et désordres individuels. La conversation se déroule à travers une alternance d'oppositions et alliances dont le résultat est un carnage réciproque où l'on ne trouve ni héros ni antihéros. Annette-Véronique, Annette-Alain, Annette-Michel, Véronique-Michel, Véronique-Alain , Michel-Alain : les duos changent sans cesse. Pareil dans le film. Si, au tout début, l'atmosphère est « grave, cordiale et tolérante », au fur et à mesure que la discussion se prolonge les personnages, urbains et conciliants, se transforment en véritables monstres. À plusieurs reprises les deux couples essayent d'en sortir, mais les Reille/Cowen n'arrivent pas a quitter l'appartement et le jeu au massacre continue indéfiniment – ce qui nous rappelle L'ange exterminateur de Buñuel. Ce jeu ne se termine pas avec la poursuite d'une résolution, ni dans le livre ni dans le film. Par rapport à la pièce de l'écrivaine franco-iranienne, le cinéaste ajoute la scène des fils qui jouent tranquilles en soulignant l’écart entre la rancœur des adultes et la simplicité des enfants. De toute façon, soit Yasmina Reza soit Roman Polanski abordent magistralement le thème de la violence, donnant un aperçu amer de la condition humaine. Comme dit Alain dans sa cynique profession de foi : “Moi, je crois au dieu du carnage. C'est le seul qui gouverne, sans partage, depuis la nuit des temps.”

Il tuo voto: Nessuno Media: 5 (1 vote)

Il Blog

Il blog Sul Romanzo nasce nell’aprile del 2009 e nell’ottobre del medesimo anno diventa collettivo. Decine i collaboratori da tutta Italia. Numerose le iniziative e le partecipazioni a eventi culturali. Un progetto che crede nella forza delle parole e della letteratura. Uno sguardo continuo sul mondo contemporaneo dell’editoria e sulla qualità letteraria, la convinzione che la lettura sia un modo per sentirsi anzitutto cittadini liberi di scegliere con maggior consapevolezza.

La Webzine

La webzine Sul Romanzo nasce all’inizio del 2010, fra tante telefonate, mail e folli progetti, solo in parte finora realizzati. Scrivono oggi nella rivista alcune delle migliori penne del blog, donando una vista ampia e profonda a temi di letteratura, editoria e scrittura. Sono affrontati anche altri aspetti della cultura in generale, con un occhio critico verso la società contemporanea. Per ora la webzine rimane nei bit informatici, l’obiettivo è migliorarla prima di ulteriori sviluppi.

L’agenzia letteraria

L’agenzia letteraria Sul Romanzo nasce nel dicembre del 2010 per fornire a privati e aziende numerosi servizi, divisi in tre sezioni: editoria, web ed eventi. Un team di professionisti del settore che affianca studi ed esperienze strutturate nel tempo, in grado di garantire qualità e prezzi vantaggiosi nel mercato. Un ponte fra autori, case editrici e lettori, perché la strada del successo d’un libro si scrive in primo luogo con una strategia di percorso, come la scelta di affidarsi agli addetti ai lavori.